Dienstag, 28. Juni 2011

EINFACH NICHT DA!


Nadja zegt: Dag vriendinnen, we zijn er enkele dagen tussen uit. Commentaartjes (ook op oudere bijdragen) zijn altijd zeer welkom!

♥♥♥♥

Nadja sagt: Liebe Freundinnen, wir machen ein paar Tage Bloggerpause. Während dessen sind Zuschriften (auch auf ältere Beiträge) sehr willkommen, ja erwünscht!

SCHWARZBUCH, Fakten und Beweise der Aggressions- und Annexionstaten Vietnams gegen Kampuchea (1978)

« Le Kampuchea Démocratique est animé de la bonne volonté et à la ferme détermination d’entretenir d’étroites relations d’amitié avec tous les pays ayant des frontières communes avec lui et avec tous les pays du monde, proches ou lointains, sur la base stricte du respect mutuel de la souveraineté et de l’intégrité territoriale ». (Constitution du Kampuchea Démocratique, Chapitre XVI, article 21).
C’est l’aspiration sincère du peuple du Kampuchea et le fondement de la politique extérieure du Kampuchea Démocratique. Mais le Vietnam (1) qui a toujours eu l’ambition d’annexer et d’avaler le Kampuchea et d’exterminer la nation du Kampuchea à travers sa sinistre stratégie de « Fédération indochinoise » a mené des activités des plus perfides depuis plusieurs dizaines d’années pour atteindre son objectif :
- 1930- 1945 : Les Vietnamiens (1) ont procédé à travers le Parti Communiste Indochinois de Ho Chi Minh.
- 1945-1954 : Les Vietnamiens ont mené leurs activités sous le drapeau de la lutte contre le colonialisme français.
- 1954-1970 : En vertu des accords de Genève (20 juillet 1954), les Vietnamiens ont été obligés de se retirer du Kampuchea et de retourner dans leur pays. Mais il n’ont jamais oublié leur stratégie de « Fédération indochinoise ». Ils se sont constamment opposés à la ligne politique du Parti Communiste du Kampuchea depuis sa fondation en 1960 et ils ont mené des activités de sape successives pour détruire la révolution du Kampuchea. Et ils ont intensifiés ces activités criminelles depuis 195, date à laquelle ils ont demandé et obtenu l’autorisation de venir se réfugier au Kampuchea, car, pourchassés par les impérialistes américains et la clique de Saïgon, n’avaient plus de territoire au Sud-Vietnam pour s’installer.
- 1970-1975 : La révolution du Kampuchea a sauvé les Vietnamiens de la défaite ? Mais, plus ingrats encore que les crocodiles, les Vietnamiens ont continué à mener de façon encore plus fébrile leurs activités de sabotage contre la révolution du Kampuchea en vue d’avaler le Kampuchéa.
- 1975-1978 : Les Vietnamiens, de connivence avec les impérialistes américains, ont mené des activités de subversion et de tentatives de coups d’Etat pour renverser le Kampuchea Démocratique. Comme leurs activités criminelles ont toujours échoué, ils ont mobilisé quatorze divisions à la fin de 1977 pour envahir et agresser le Kampuchéa Démocratique dans le but de s’en emparer d’un seul coup, suivant leur stratégie « attaque-éclair, victoire-éclair ».
Le Vietnam a ainsi appliqué depuis de très longue date son plan pour annexer et avaler le Kampuchea. Depuis près de vingt ans, le peuple du Kampuchea, sous la direction juste et clairvoyante du Parti Communiste du Kampuchea et du camarade Secrétaire Pol Pot, a mis en pièces tous les actes de subversion et de sape, toutes les tentatives de coup d’Etat et tous les actes d’invasion et d’agression militaires des Vietnamiens.
Le Parti Communiste du Kampuchea et le Gouvernement du Kampuchea démocratique ont attendu le 31 décembre 1977 pour informer le monde de la vérité sur les actes criminels du Vietnam à l’encontre du Kampuchea. Ils ne l’ont pas fait avant cette date parce qu’ils voulaient sauvegarder l’amitié avec le Vietnam. C’est en se basant sur cette position faite de sagesse et de maturité qu’ils ont cherché à résoudre pacifiquement le problème. De 1970 à 1976, le Kampuchea a eu avec le Vietnam une centaine de négociations au niveau des comités centraux des deux Partis, dont une cinquantaine ont été dirigées par le camarade Secrétaire Pol Pot. Outre toutes ces négociations de haut niveau, il y a eu d’innombrables négociations au niveau des zones, régions et districts. Mais toutes ces négociations ont échoué parce que le Vietnam n’a jamais abandonné sa nature d’agresseur, annexionniste et avaleur de territoire.
Ce livre noir n’est pas le résultat de recherche ni une thèse, mais un document réunissant tous les faits et évènements vécus au cours des luttes successives.

1) Dans les pages qui suivent, les mots « Vietnam » et « Vietnamiens » désignent indifféremment le Parti Communiste du Vietnam (alors Parti des Travailleurs du Vietnam), le gouvernement de Hanoï ou le gouvernement révolutionnaire provisoire du Sud-Vietnam, les « Vietminh », les « Vietcongs » Les cliques de Ngo Dinh Diem ou de Thieu-Ky ou autres ne sont que des valets de l’impérialisme américains.


« LIVRE NOIR Faits et Preuves des actes d’agression et d’annexion du Vietnam contre Kampuchea – Introduction ( pp.3-4) Editions du Centenaire 24, rue Philippe-de-Girard, 75010 Paris. Cette édition est la reproduction intégrale d’un document diffusé par le Département de la Presse et de l’Information du Ministère des Affaires Etrangères du Kampuchea Démocratique en septembre 1978.

1502 LEMBEEK

KINDJES UIT UKKEL IN KASTEELPARK

De jaarlijkse schoolreis van de parochieschool Sint-Paulus in Ukkel (begin Stallestraat) ging dit jaar naar het kasteelpark van Lembeek. Zij genoten van de speeltuigen in de vorm van een kasteel, ter herinnering aan het kasteel van Jean de Richardot. De tocht voerde hen met de fiets van Ukkel langs het kanaal Brussel-Charleroi naar het kasteelpark. Zij speelden op de kasteelspeeltuigen en deden bosspelen in het grote kasteeldomein.

Een gids legde hen uit dat Jean de Richardot, eerste Minister-President van Spaans Vlaanderen, Lembeek stichtte in de 16 eeuw door gebieden te kopen van de heren van Gaasbeek en Edingen. Zijn zoon bouwde er een "maison de plaisance", dat in 1970 afgebroken werd. De gids legde ook uit dat Jean de Richardot een topdiplomaat was die een huidziekte had. Hij mocht niet in de zon komen. Toen hij met de Franse koning onderhandelde in de paleistuin mocht hij zijn hoed in aanwezigheid van de koning niet ophouden. Hij stierf enkele dagen later. Hij werd begraven in de Zavelkerk in Brussel.

….

http://www.editiepajot.com/regios/7/articles/19508